UN PREMIER MARATHON CA SE RACONTE

Classé dans : Actualités | 0

                                                                         Le dimanche 03 Novembre 2019 Jonathan a participé à Nice à son premier  Marathon.

             Oui Jonathan tu peux être fier !!!!

  

 

 

    Jonathan, ton premier marathon bouclé en 3h39, quel est ton sentiment?
    Mon premier marathon a été pour moi un sacré défi personnel car je doutais beaucoup à savoir si j’allais franchir la ligne d’arrivée     surtout qu’à la base je devais le faire avec François Ringaud mais à cause d’une blessure, il a été contraint de jeter l’ éponge.  Pour ce premier marathon je suis quand même assez satisfait même si je m’étais préparé pour faire un temps de 3h15.
Comment as tu préparé cette échéance?
j’ai préparé le marathon en 8 semaines avec 5 sorties hebdomadaire par semaine, ce qui est quand même assez long, c’est David Guillet qui m’avait préparé le plan d’entrainement. 
 Racontes nous ta course. Quel est ton meilleur moment de ce week-end
Pour moi le meilleur moment de la course c’était quand j’ai franchi la ligne d’arrivé, à ce moment là j’ai été pris par l’émotion car je doutais un peu quand même pendant la course vue les conditions météorologique du départ jusqu’au 40 ieme kilomètres, j’avais en point de vue Cannes et dans ma tête je me disais tu y es presque lâche pas l’affaire et j’ai tenu jusqu’au bout.

 

 As tu rencontré le fameux “mur du marathon”, ce moment si difficile où le  mental doit se substituer au physique? Comment l’a tu dompté?
Le mur je l’ai pas trop rencontré peut être un peu si, mais c’est surtout un concurrent que je suivais depuis 15 kilomètres et qui arrivé au 31 kilomètres qui est tombé ( malaise) à ce moment là je suis resté avec lui en attendant les secours et je suis reparti juste après leur arrivée car il fallait bien que je fasse ma course,. Je pense que c’est là ou j’ai perdu du temps et des places aussi.

 

Parles nous un peu de toi, depuis combien de temps pratique tu la course à  pied, quels sont les hobbies
Pour ma part à la base, je faisais de l’enduro à un bon niveau et je pratiquais la course à pied à côté ( histoire d’avoir du physique sur la moto ) mais pas avec autant d’intensité que maintenant. Cela fait maintenant 3 ans que je suis licencié au CAB et je cours environ 3 à 4 fois par semaine, suivant ce que je vais préparer comme course.
Les hobbies : j’aime courir, faire du VTT, de la moto (route + tout terrain ), de la mobylette aussi ça rappelle des bons souvenirs avec les potes (nostalgie quand tu nous tiens ).

 

Pourquoi cette discipline et au sein du Cab?
Je suis arrivé dans le club car j’avais un très bon copain à moi qui était licencié au CAB, et c’est lui qui m’a fait décider de franchir le pas et d’aller dans un club plutôt que de courir tout seul dans mon coin, puis dans un club c’est toujours mieux car courir ensemble c’est plus agréable et en terme de progression c’est  beaucoup mieux. Depuis que je cours au CAB j’ai pris de la caisse (physique ) et puis dans le club il y a une super ambiance et ça y fait beaucoup je pense.
Quel est ton prochain objectif de course?
Pour le moment je suis en mode récup après le marathon surtout pour les jambes après 8 semaines de prepa assez intense. Pour les prochaines courses il n’y a rien d’officiel encore mais ça ne devrait pas tarder, car j’aime bien faire au feeling et surtout à l’envie aussi.
Tu es plutôt route ou trail?
J’aime les deux dans la course à pied aussi bien le trail que la route même si ces derniers temps j’ai plus fait de la route que du trail pour le marathon de Nice Cannes. Ce que j’adore dans le trail c’est les paysages et cette sensation de liberté et de tout oublier du quotidien (boulot ou autres tracas du quotidien).

 

Quel serait ton message que tu aimerais faire passer au cabiste qui souhaiterait franchir le pas comme toi.
Pour conclure si j’avais un message à faire passer c’est si vous êtes motivé et volontaire pour se lancer dans l’aventure d’un marathon alors je dis qu’il faut foncer, même si c’est long et que cela prend du temps en terme de préparation. Il faut au moins vivre une fois cette expérience unique surtout l’ambiance est juste énorme, même si parfois ont doute beaucoup si je l’ai fait alors tout le monde peut le faire, ne jamais baisser les bras.